Les Parties à cette Convention qui sont également Membres de la Conférence de La Haye (Organisation) sont présentées en gras ; les Parties qui ne sont pas Membres de la Conférence de La Haye sont présentées en italique.

Parties S 1 R/A/S2 Type3 VIG4 EXT5 Aut6 Rés/D/N/CD7
Afrique du Sud 14-II-2002 14-II-2002 1
Albanie 4-VI-2002 4-VI-2002 1
Allemagne 14-XII-1955 14-XII-1955 1
Andorre, Principauté d' 11-VI-2015 11-VI-2015 1
Arabie Saoudite 19-X-2016 19-X-2016 1
Argentine 28-IV-1972 28-IV-1972 1
Arménie 28-IV-2015 28-IV-2015 1
Australie 1-XI-1973 1-XI-1973 1
Autriche 16-IX-1954 15-VII-1955 1
Azerbaïdjan 29-VII-2014 29-VII-2014 1
Bélarus 12-VII-2001 12-VII-2001 1
Belgique 1-IX-1953 15-VII-1955 1
Bosnie-Herzégovine 1-VIII-2001 7-VI-2001 1
Brésil 23-II-2001 23-II-2001 1
Bulgarie 22-IV-1999 22-IV-1999 1
Burkina Faso 16-X-2013 16-X-2013 1
Canada 7-X-1968 7-X-1968 1
Chili 25-IV-1986 25-IV-1986 1
Chine, République populaire de 3-VII-1987 3-VII-1987 1 D
Chypre 8-X-1984 8-X-1984 1
Corée, République de 20-VIII-1997 20-VIII-1997 1
Costa Rica 27-I-2011 27-I-2011 1
Croatie 1-X-1995 12-VI-1995 1
Danemark 26-II-1954 15-VII-1955 1
Egypte 24-IV-1961 24-IV-1961 1
Equateur 2-XI-2007 2-XI-2007 1
Espagne 8-XII-1953 15-VII-1955 1
Estonie 13-V-1998 13-V-1998 1
Etats-Unis d'Amérique 15-X-1964 15-X-1964 1
Finlande 2-XII-1955 2-XII-1955 1
France 20-IV-1964 20-IV-1964 1
Géorgie 28-V-2001 28-V-2001 1
Grèce 26-VIII-1955 26-VIII-1955 1
Hongrie 6-I-1987 6-I-1987 1
Inde 13-III-2008 13-III-2008 1
Irlande 26-VIII-1955 26-VIII-1955 1
Islande 14-XI-2003 14-XI-2003 1
Israël 24-IX-1964 24-IX-1964 1
Italie 26-VI-1957 26-VI-1957 1
Japon 27-VI-1957 27-VI-1957 1
Jordanie 13-VI-2001 13-VI-2001 1
Kazakhstan 14-VI-2017 14-VI-2017 1
Lettonie 11-VIII-1992 11-VIII-1992 1
Lituanie 23-X-2001 23-X-2001 1
Luxembourg 12-III-1956 12-III-1956 1
Malaisie 2-X-2002 2-X-2002 1
Malte 30-I-1995 30-I-1995 1
Maroc 6-IX-1993 6-IX-1993 1
Maurice 19-I-2011 19-I-2011 1
Mexique 18-III-1986 18-III-1986 1
Monaco 8-VIII-1996 8-VIII-1996 1
Monténégro 15-V-2007 1-III-2007 1
Norvège 15-VII-1955 15-VII-1955 1
Nouvelle-Zélande 5-II-2002 5-II-2002 1 D
Panama 29-V-2002 29-V-2002 1
Paraguay 28-VI-2005 28-VI-2005 1
Pays-Bas 25-IX-1954 15-VII-1955 1 D
Pérou 29-I-2001 29-I-2001 1
Philippines 14-VII-2010 14-VII-2010 1
Pologne 29-V-1984 29-V-1984 1
Portugal 8-XII-1953 15-VII-1955 1 D -
République de Macédoine du Nord 1-XII-1993 20-IX-1993 1
République de Moldova 16-III-2016 16-III-2016 1
République tchèque 1-IV-1993 28-I-1993 1
Roumanie 10-IV-1991 10-IV-1991 1
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord 3-I-1955 15-VII-1955 1
Russie, Fédération de 6-XII-2001 6-XII-2001 1
Serbie 1-VI-2001 26-IV-2001 1
Singapour 9-IV-2014 9-IV-2014 1
Slovaquie 1-VI-1993 26-IV-1993 1
Slovénie 15-XI-1992 18-VI-1992 1
Sri Lanka 27-IX-2001 27-IX-2001 1
Suède 9-XII-1953 15-VII-1955 1
Suisse 6-V-1957 6-V-1957 1
Suriname 7-X-1977 7-X-1977 1
Tunisie 4-XI-2014 4-XI-2014 1
Turquie 26-VIII-1955 26-VIII-1955 1
Ukraine 3-XII-2003 3-XII-2003 1
Union européenne 3-IV-2007 3-IV-2007 1 D,N 3
Uruguay 27-VII-1983 27-VII-1983 1
Venezuela 25-VII-1979 25-VII-1979 1
Viet Nam 10-IV-2013 10-IV-2013 1
Zambie 17-V-2013 17-V-2013

Type


Res/D/N

Chine, République populaire de Articles Déclarations

14-VII-1999 - Statement of the Government of the People's Republic of China:

Translation
In accordance with the Joint Declaration of the Government of the People's Republic of China and the Government of the Republic of Portugal on the Question of Macao signed in Beijing on 13 April 1987, the People's Republic of China shall resume the exercise of sovereignty over Macao as from 20 December 1999. As an inalienable part of the territory of the People's Republic of China, Macao shall become a special administrative region of the People's Republic of China as from that date. The People's Republic of China shall thereafter take charge of the foreign affairs related to the Macao Special Administrative Region.
The People's Republic of China is a Member of the Hague Conference on Private International Law and with effect from 20 December 1999, its membership shall include the Macao Special Administrative Region and the Constitution of the Hague Conference on Private International Law shall apply to the Macao Special Administrative Region. Hence, the Government of the People's Republic of China declares that, with effect from 20 December 1999, representatives of the Macao Special Administrative Region may participate in the Hague Conference on Private International Law as members of the delegation of the Government of the People's Republic of China and express their views on matters relating to the Macao Special Administrative Region, in the name of "Macao, China".

Nouvelle-Zélande Articles Déclarations

L'instrument d'acceptation contient la déclaration suivante: Traduction (...) que, conformément au statut constitutionnel des Iles Tokelau et compte tenu de l'engagement du Gouvernement de la Nouvelle-Zélande de développer l'autonomie des Iles Tokelau par une loi d'autodétermination au titre de la Charte des Nations Unies, la présente ratification ne sera étendue aux Iles Tokelau qu'à partir du moment où une déclaration dans ce sens aura été faite par le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande au dépositaire sur la base d'une concertation appropriée avec ce territoire.

Pays-Bas Articles Déclarations

Déclaration en date du 18 octobre 2010
Le Royaume des Pays-Bas était constitué de trois parties, les Pays-Bas, Aruba et les Antilles néerlandaises, ces dernières étant formées par les îles de Curaçao, Sint Maarten, Bonaire, Sint Eustatius et Saba.
Le 10 octobre 2010 les Antilles néerlandaises sont dissolues et depuis cette dissolution administrative des Antilles néerlandaises le Royaume des Pays-Bas se compose de quatre parties, à savoir les Pays-Bas, Aruba, Curaçao et Sint Maarten.
Curaçao et Sint Maarten disposent de l'autonomie interne au sein du Royaume, comme Aruba et les Antilles néerlandaises jusque lors. Les autres îles des Antilles néerlandaises - Bonaire, Sint Eustatius et Saba - sont administrativement intégrées aux Pays-Bas, formant "la partie caraïbe des Pays-Bas".
Ce changement résulte de la réforme des relations constitutionnelles au sein du Royaume des Pays-Bas, qui reste le sujet de droit international avec lequel sont conclus les traités. La restructuration du Royaume n'a donc aucune conséquence sur les traités conclus par le Royaume et qui s'appliquaient aux Antilles néerlandaises. Ces traités s'appliquent, à compter du 10 octobre 2010, à Curaçao et à Sint Maarten. Ils s'appliquent aussi à la partie caraïbe des Pays-Bas, la mise en oeuvre de ces traités relevant cependant de la compétence du gouvernement des Pays-Bas.

Portugal Articles Déclarations

13-VIII-1999 - Declaration by the Representative of the Government of the Portuguese Republic:

"Whereas the Portuguese Republic is responsible for the external relations of Macau, I was instructed by my Government to declare that representatives of Macau, Territory where the Statute of the Hague Conference on Private International Law is in force, have been participating in the meetings of the Conference integrated in the Portuguese Delegation. I was further instructed to declare that, in conformity with the Joint Declaration of the Government of the Portuguese Republic and of the Government of the People's Republic of China on the question of Macau, signed in Beijing on the 13th of April 1987, the Portuguese Republic will remain, until 19 December 1999, responsible for the external relations of Macau. Until that date, Macau will continue to participate in the meetings of the Hague Conference on Private International Law integrated in the Portuguese Delegation. From 20 December 1999 on, the People's Republic of China will resume the exercise of sovereignty over Macau."

Union européenne Articles Déclarations Notifications

« La Communauté européenne s’efforce d’examiner s’il est dans son intérêt d’adhérer aux Conventions de La Haye existantes qui relèvent de la compétence de la Communauté. Lorsque cet intérêt existe, la Communauté européenne, en coopération avec la HCCH, fera tout ce qui est en son pouvoir pour surmonter les difficultés résultant de l’absence de clause permettant l’adhésion d’une Organisation régionale d’intégration économique auxdites Conventions.

La Communauté européenne s’efforce en outre de rendre possible la participation de représentants du Bureau Permanent de la HCCH aux réunions d’experts organisées par la Commission des Communautés européennes lorsque les sujets discutés intéressent la HCCH. »

Déclaration de compétence de la Communauté européenne précisant les questions pour lesquelles ses États membres lui ont conféré compétence:

« 1. La présente déclaration est déposée en application de l'article 3, paragraphe 3, du Statut de la Conférence de La Haye de droit international privé (ci-après : HCCH) et précise les questions pour lesquelles les État membres de la Communauté européenne ont conféré compétence à cette dernière.

2. La Communauté européenne est compétente, sur le plan interne, pour adopter des mesures générales et particulières relatives au droit international privé dans différents domaines au sein de ses États membres. En ce qui concerne les questions pour lesquelles la HCCH est compétente, la Communauté européenne a notamment compétence, conformément au titre IV du traité CE, pour adopter des mesures relevant du domaine de la coopération judiciaire dans les matières civiles ayant une incidence transfrontière, dans la mesure nécessaire au bon fonctionnement du marché intérieur (article 61, point c), et article 65 du traité CE). Ces mesures visent à: (a) améliorer et simplifier le système de signification et de notification transfrontière des actes judiciaires et extrajudiciaires, la coopération en matière d'obtention des preuves ainsi que la reconnaissance et l'exécution des décisions en matière civile et commerciale, y compris les décisions extrajudiciaires;
b) favoriser la compatibilité des règles applicables dans les États membres en matière de conflits de lois et de compétence;
c) éliminer les obstacles au bon déroulement des procédures civiles, au besoin en favorisant la compatibilité des règles de procédure civile applicables dans les États membres.
3. Dans les domaines qui ne relèvent pas de sa compétence exclusive, la Communauté européenne, conformément au principe de subsidiarité, n'intervient que si et dans la mesure où les objectifs de l'action envisagée ne peuvent pas être réalisés de manière suffisante par les États membres et peuvent donc, en raison des dimensions ou des effets de l'action envisagée, être mieux réalisés au niveau communautaire. L'action de la Communauté n'excède pas ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs poursuivis.

4. En outre, la Communauté européenne est compétente dans d'autres domaines pouvant faire l'objet de Conventions de la HCCH, tels que le marché intérieur (article 95 du traité CE) ou la protection des consommateurs (article 153 du traité CE).

5. La Communauté européenne a exercé sa compétence en adoptant une série d'instruments conformément à l'article 61, point c), du traité CE, tels que: - le règlement (CE) no 1348/2000 du Conseil du 29 mai 2000 relatif à la signification et à la notification dans les États membres des actes judiciaires et extrajudiciaires en matière civile et commerciale,
- le règlement (CE) no 44/2001 du Conseil du 22 décembre 2000 concernant la compétence judiciaire, la reconnaissance et l'exécution des décisions en matière civile et commerciale,
- le règlement (CE) no 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 relatif à la coopération entre les juridictions des États membres dans le domaine de l'obtention des preuves en matière civile ou commerciale,
- la directive 2003/8/CE du Conseil du 27 janvier 2003 visant à améliorer l'accès à la justice dans les affaires transfrontalières par l'établissement de règles minimales communes relatives à l'aide judiciaire accordée dans le cadre de telles affaires,
- le règlement (CE) no 2201/2003 du Conseil du 27 novembre 2003 relatif à la compétence, la reconnaissance et l'exécution des décisions en matière matrimoniale et en matière de responsabilité parentale abrogeant le règlement (CE) no 1347/2000, et
- le règlement (CE) no 805/2004 du Parlement européen et du Conseil du 21 avril 2004 portant création d'un titre exécutoire européen pour les créances incontestées.D'autres textes législatifs communautaires comportent également des dispositions ayant trait au droit international privé, notamment en ce qui concerne la protection des consommateurs, l'assurance, les services financiers et la propriété intellectuelle. Ainsi, les directives communautaires affectées par la Convention de La Haye sur la loi applicable à certains droits sur des titres détenus auprès d'un intermédiaire ont été adoptées sur la base de l'article 95 du traité CE.

6. Bien qu'aucune compétence externe ne soit explicitement mentionnée dans le traité CE, il ressort de la jurisprudence de la Cour de justice des Communautés européennes que les dispositions susmentionnées du traité CE constituent le fondement juridique non seulement d'actes communautaires internes mais aussi d'accords internationaux conclus par la Communauté européenne. La Communauté peut conclure des accords internationaux dans tous les cas où la compétence interne a déjà été utilisée en vue d'adopter des mesures de mise en oeuvre de politiques communes, telles que citées ci-dessus, ou lorsque l'accord international est nécessaire à la réalisation d'un des objectifs de la Communauté européenne (*). La compétence externe de la Communauté est exclusive dans la mesure où un accord international affecte les règles communautaires internes ou en altère la portée (**). Lorsque tel est le cas, c'est à la Communauté et non aux États membres qu'il incombe de contracter des engagements extérieurs avec des États tiers ou des organisations internationales. Un accord international peut relever entièrement, ou seulement en partie, de la compétence exclusive de la Communauté.

7. Les instruments communautaires sont en principe contraignants pour tous les États membres. En ce qui concerne le titre IV du traité CE, qui constitue le fondement juridique de la coopération judiciaire en matière civile, le Danemark, le Royaume-Uni et l'Irlande jouissent d'un régime particulier. Les mesures adoptées en application du titre IV du traité CE ne lient pas le Danemark et ne s'appliquent pas dans ce pays. L'Irlande et le Royaume-Uni participent à l'adoption d'instruments juridiques adoptés en application du titre IV du traité CE s'ils informent le Conseil en ce sens. L'Irlande et le Royaume-Uni ont décidé de participer à toutes les mesures mentionnées précédemment au point 5.

8. L'étendue des compétences que les États membres ont conférées à la Communauté européenne dans le cadre du traité CE est, par nature, susceptible d'évoluer continuellement. La Communauté européenne et ses États membres veilleront à ce que toute modification apportée aux compétences de la Communauté soit notifiée au Secrétaire général de la HCCH dans les meilleurs délais, comme prévu à l'article 3, paragraphe 4 du Statut. ______________________________

(*) Avis 1/76 rendu par la Cour de Justice, Rec. 1977, p. 741; avis 2/91, Rec. 1993, p. 1-1061; affaire 22/70 ("AETR"), Commission/Conseil, Rec. 1971, p. 263; affaire C-467198 ("ciel ouvert"), Commission'Danernark, Rec. 2002, p. 1-95 19.

(**) Affaire 22/70 ("AETR"), Commission/Conseil; affaire C-467198 ("ciel ouvert"), Commission/Danemark. »


Déclaration de succession (Union européenne, le 29 janvier 2010)
(Traduction)
... à compter du 1er décembre 2009 l'Union européenne se substitue et succède à la Communauté européenne (article 1er, paragraphe 3, du traité sur l'Union européenne tel que modifié par le traité de Lisbonne) et exerce tous les droits et assume toutes les obligations de la Communauté européenne tout en continuant d'exercer les droits existants et d'assumer les obligations de l'Union européenne. Par conséquent, le Secrétariat général du Conseil de l'Union européenne a l'honneur de notifier à la Représentation permanente des Pays-Bas auprès de l'Union européenne qu'à compter du 1er décembre 2009 l'Union européenne se substitue et succède à la Communauté européenne dans tous les accords et conventions dont le Ministère des Affaires étrangères du Royaume des Pays-Bas est le dépositaire et auxquels la Communauté européenne, substituée par l'Union européenne à compter du 1er décembre
2009, est une partie contractante.