Authorities

 France - Central Authority (Art. 2) and practical information
Address

Central Authority(ies):

Ministère de la Justice

Contact details:

Address: Ministère de la Justice
Direction des Affaires Civiles et du Sceau
Bureau de l'entraide civile et commerciale internationale (D3)
13, Place Vendôme
75042 Paris Cedex 01 
Telephone: +33.1.44.77.61.05 / +33.1.44.77.63.80
Fax: +33 (1) 44 77 61 22
E-mail: [email protected]
General website: www.justice.gouv.fr  
www.entraide-civile-internationale.justice.gouv.fr
Contact person: Chef du Bureau de l'entraide civile et commerciale internationale
+33.1.44.77.66.34
Languages spoken by staff: French, English

Practical Information
(The following information was provided by the relevant State authorities or was obtained from the replies to the 2008 Evidence Convention Questionnaire)

Blocking statutes:

Yes, there are two European instruments of this nature:

Council Regulation (EC) No 2271/96 of 22 November 1996 protecting against the effects of the extra-territorial application of legislation adopted by a third country, and actions based thereon or resulting therefrom (see, Article 5(1)).

Directive 95/46/EC of the European Parliament and of the Council of 24 October 1995 on the protection of individuals with regard to the processing of personal data and on the free movement of such data (See, Art. 25(1)).

Deux articles de la loi n°68-678 du 26 juillet 1968 (les articles 1 et 1 bis) - introduits par une loi du 16 juillet 1980 - font obstacle aux « demandes d'obtention de preuve  sauvages », émises hors les circuits d'entraide judiciaire.

Les dispositions de l'article 1er de cette loi  tendent , « Sous réserve des traités ou accords internationaux », à interdire la communication  à des autorités publiques étrangères de documents ou renseignements d'ordre économique, commercial, industriel, financier ou technique dont la communication est de nature à porter atteinte à la souveraineté, à la sécurité, aux intérêts économiques essentiels de la France ou à l'ordre public, précisés par l'autorité administrative en tant que de besoin.

L'article 1 prévoit : « Sous réserve des traités ou accords internationaux et des lois et règlements en vigueur, il est interdit à toute personne de demander, de rechercher ou de communiquer, par écrit, oralement ou sous toute autre forme, des documents ou renseignements d'ordre économique, commercial, industriel, financier ou technique tendant à la constitution de preuves en vue de procédures judiciaires ou administratives étrangères ou dans le cadre de celles-ci. »

La prohibition qui en résulte est particulièrement large. Elle s'applique en effet :

- même si la communication du document ou du renseignement n'est pas de nature à porter atteinte à la souveraineté, à la sécurité, à l'ordre public ou aux intérêts essentiels économiques de la France,

- même si cette recherche n'est pas suivie d'effet,

- et même si la personne poursuivie n'est ni française ni résidente française.

Par un arrêt du 28 mars 2007, la cour d'appel de Paris (9ème chambre B), infirmant un jugement de relaxe prononcé par le tribunal correctionnel de Paris le 1er juin 2006, a déclaré un avocat coupable du délit de communication de renseignements économique, commercial, industriel, financier ou technique tendant à la constitution de preuves pour une procédure étrangère, et  l'a condamné à une peine de 10 000 euros d'amende. Par arrêt en date du 12 décembre 2007, la Cour de cassation (chambre criminelle) a rejeté un pourvoi formé contre la décision de la cour d'appel de Paris.

Chapter I
(Letters of Requests)

Transmission of Letters of Requests: Letters of Request are sent directly from a judicial authority in the requesting State to the Central Authority of the requested State.
Authority responsible for informing of the time and place of the execution of Letter of Request (Art. 7): Judicial authority competent to execute the request.
Presence of judicial personnel at the execution of the Letter of Request (Art. 8):

Declaration of applicability.

Le code de procédure civile français admet expressément la possibilité pour le juge étranger commettant d'assister à l'exécution de la mesure (article 741), ce, sans qu'il soit besoin d'une autorisation de quiconque.

Privileges and duties existing under the law of States other than the State of origin and the State of execution (Art. 11): No declaration of applicability.
Translation requirements (Arts 4(2) and 33):  Accepts Letters of Requests written in or translated into French.
Costs relating to execution of the Letters of Request (Arts 14(2)(3) and 26): No.
Time for execution: Between 2 and 6 months, approximately.
Art 23 pre-trial discovery of documents: Letter of Request may be executed subject to certain conditions (qualified exclusion).
Information about domestic rules on the taking of evidence: 

European Judicial Network in Civil or Commercial Matters - France.

Legifrance.

Witness examination under Chapter I

Should Letters of Request include specific questions to be used during witness examination or only a list of matters to be addressed? Le droit interne français n'a pas d'exigence à cet égard.
Is it a public or private hearing? Public hearing.
Do the judicial authorities "blue-pencil" Letters of Requests (i.e. rephrase, restructure and / or strike out objectionable questions or offensive wording so that a Letter of Request may be executed under the laws of the requested State)? Yes.
Is the witness provided in advance with a copy of the questions / matters to be addressed as contained in the Letter of Request? No.
Are documents produced by the witness authenticated by the court? No.
Is an oath generally administered to the witness? Yes.
Can the witness be made subject to further examination and recall? Yes, but a second Request is necessary.
Are there sanctions for non-appearance of witness? L'article 207 du code de procédure civile prévoit que « Les témoins défaillants et ceux qui, sans motif légitime, refusent de déposer ou de prêter serment peuvent être condamnés à une amende civile d'un maximum de 3 000 euros. »
Must interpreters who assist with the witness examination be court-certified?

No.

Le serment n'est prévu que pour les experts judiciaires, lors de leur inscription sur la liste dressée par la cour d'appel.
How is the testimony transcribed? En vertu de l'article des articles 219 et suivants du code de procédure civile, les dépositions des témoins sont consignées dans un procès-verbal daté et signé par le juge, ainsi que par le greffier qui l'a établi.

Chapter II
(Taking of evidence by diplomatic officers, consular agents and commissioners)

Article 15 Applicable.
Article 16 Applicable. See conditions and competent authority.
Article 17 Applicable. See conditions and competent authority.
Article 18 No declaration of applicability (i.e., a diplomatic officer, consular agent or commissioner may not apply for appropriate assistance to obtain evidence by compulsion).

Taking of evidence by video-links
(under either chapter)
 

Chapter I

Are there legal obstacles to the use of video links? No.
Technology used:

En application de l'article R. 111-7, 2ème al. du code de l'organisation judiciaire :

 « Les caractéristiques techniques des moyens de télécommunication audiovisuelle utilisés doivent assurer une transmission fidèle, loyale et confidentielle à l'égard des tiers.

Elles sont définies par arrêté du garde des sceaux, ministre de la justice. »

Le réseau de transport utilisé actuellement par le ministère de la justice est le réseau RNIS (Réseau numérique à intégration de services / ISDN), appartenant au réseau téléphonique commuté. Le débit nécessaire est de 256 kb/s.
Level of interpretation required: La France fait appel aux services d'interprètes professionnels accrédités mais s'en remet aussi aux parties et à leur conseil. 
Simultaneous or in sequence interpretation: No preference.
Interpretation required in which jurisdiction? No information available.
Who pays for the interpretation? En qu'en vertu de l'article 748 du code de procédure civile, qui a vocation générale à s'appliquer pour les commissions rogatoires en provenance de l'étranger, les sommes dues aux interprètes sont à la charge de l'autorité étrangère.
How would a request for evidence be handled if witness not willing? Dans l'hypothèse où un témoin se refuserait à une audition par visioconférence conduite par  l'autorité judiciaire, il reviendrait à celle-ci d'en tirer les conséquences. Si l'article 207 du code de procédure civile prescrit notamment que « Les témoins défaillants et ceux qui, sans motif légitime, refusent de déposer ou de prêter serment peuvent être condamnés à une amende civile d'un maximum de 3 000 euros. », le droit interne prévoit qu'en matière civile, le recours à la visioconférence soit subordonné au consentement de l'ensemble des parties.

Chapter II

Are there legal obstacles to the use of video links? No.
Technology used: No information available.
Level of interpretation required: No information available. 
Simultaneous or in sequence interpretation: No information available.
Interpretation required in which jurisdiction? No information available.
Who pays for the interpretation? No information available.
Bilateral or multilateral agreements

Supplementary agreements to the Hague Convention of 1 March 1954 were concluded with:  Austria (1979), Bosnia and Herzegovina (1969), Croatia (1969), Germany (1961), Poland (1967), Serbia (1969), Slovenia (1969), The Former Yugoslav Republic of Macedonia (1969). 

Bilateral conventions on judicial co-operation: Algeria (1962), Australia (1922), Bahamas (1922), Belgium (1956), Benin (1975), Brazil (1996), Bulgaria (1989), Burkina Faso (1961), Cameroon (1974), Canada (1922 and Agreement with Quebec of 9 September 1977), Central African Republic (1965), Chad (1976), China (1987), Congo, Côte D'Ivoire (1961), Czech Republic (1984), Djibouti (1986), Egypt (1982), Gabon (1963), Hungary, Italy (1955), Lao People's Democratic Republic (1956), Lithuania (1928), Luxembourg (1870), Madagascar (1973), Mali (1962), Morocco (1957), Mauritania (1961), Monaco (1949), Mongolia (1994), Niger (1977), New Zealand (1922), Romania (1974), Russian Federation (1936), San Marino (1967), Senegal (1974), Slovakia (1984), Switzerland (1913), Togo (1976), Tunisia (1972), United Arab Emirates (1991), United Republic of Tanzania (1922), Uruguay (1991), Vietnam (1999).

Council Regulation (EC) No. 1206/2001 of 28 May 2001 on cooperation between the courts of the Member States in the taking of evidence in civil or commercial matters.

Useful links: http://www.entraide-civile-internationale.justice.gouv.fr/

(This page was last updated on 11 March 2014)

Conventions